La Compagnie

« Créations baroques audacieuses : un regard contemporain sur une esthétique en redécouverte. »

La compagnie Fantaisies Baroques a été fondée en 2007, sous l’impulsion d’Irène Feste et de Pierre-François Dollé, afin de développer des projets chorégraphiques, théâtraux et pédagogiques autour de la danse baroque ou plus généralement des danses anciennes, de la Renaissance jusqu’à la fin du XIXème siècle.

La compagnie souhaite promouvoir des spectacles utilisant les matériaux chorégraphiques, musicaux ou dramatiques du Grand Siècle, du Siècle des Lumières et du XIXème siècle, avec un regard neuf au service d’une création contemporaine et audacieuse.

Les directeurs artistiques, Irène et Pierre-François, sont toujours en recherche de nouvelles formes, de concepts innovants, afin de surprendre, d’étonner et de faire rêver le spectateur. Aucune voie n’est tracée d’emblée, aucune porte n’est fermée à leurs yeux.

La scène, mode d’expression par excellence, est le biais idéal pour concrétiser leur soif de création.

Leur passion commune pour la danse baroque, et plus généralement les danses anciennes, les amène à toujours continuer à enrichir leur travail de création par l’authenticité de leurs recherches sur les traités des époques abordées dans leurs spectacles. Pour autant, dans cette démarche de respect face à un matériau artistique extraordinaire, ils gardent toujours à distance toute idée de restitution historique.

Les fastes des XVIIème et XVIIIème siècles, où la grâce et la virtuosité des danseurs côtoyaient la fantaisie et le burlesque des comédiens de Molière ou ceux de la commedia dell’arte restent le terreau privilégié de la compagnie.

En effet, la Cie Fantaisies Baroques regroupe en son sein un collectif d’artistes musiciens, comédiens et danseurs, tous professionnels et spécialisés dans ces époques, afin d’offrir au public des moments artistiques de grande qualité.

Notre ambition est de créer des objets chorégraphiques, théâtraux et musicaux exceptionnels, toujours renouvelés dans leur nouveauté et en perpétuel mouvement, afin de défendre l’universalité de l’art du spectacle vivant, tout en ayant la conviction que la danse ancienne peut et doit se conjuguer au présent.